who's on line ?

Nous avons 70 invités en ligne

logo-araaslanian
www.paradis.fr
(foto : Ara Aslanyan)

logo-book
la boutic

yukos
Mikhail Khodorkovsky

logo-vassili
Vassili Alexanian

la pomme PDF Imprimer Envoyer

ar-diegobarrera

 

 

Image_5

ar-versomela


un remerciement particulier à Canio Loguercio
dont la musique accompagne nos expositions

pom-21

pom-1

pom-24

pom-30

pom-26

pom-9

pom-11
pom-12

pom-13

 

pom-27


Les artistes participants

Erevan

pom-15

Torino

pom-19

pom-14

Marseille

pom-7

pom-10

Aubagne

pom-6

Paris
pom-25

Narbonne

pom-2




ar-pom3

 

exposition sur le thème
« la pomme, le fruit des fendu(e)s »
par
l’association Chiche
du 8 au 12 mars 2011
au Hang’Art - Marseille



DEFINITION

La pomme est le fruit du pommier, arbre fruitier largement cultivé. L'étude de la culture des pommes constitue une partie de la pomologie, qui englobe tous les fruits à pépins. La pomme est comestible et a un goût sucré ou acidulé selon les variétés

 

TROIS TYPES DE POMMES alimentaires :
les pommes à cidre,
les pommes de table ou pommes à couteau et les pommes à cuire qui appartiennent à un des deux premiers types mais supportent bien la cuisson.
Ces trois types sont issus de l'espèce Malus pumila qui compte plus de 20 000 variétés à travers le monde. Plusieurs boissons sont élaborées à base de pommes, en particulier le jus de pomme et le cidre produit à partir de la fermentation de ce jus.

ORIGINE
Le mot « pomme » vient du latin pomum qui désigne le mot commun « fruit » - Pomona est la déesse des fruits.
En latin, la pomme est appelée malum (qui a donné mela en italien ou mar en roumain). Le mot « pomme » a remplacé malum car la pomme demeure le fruit, le pomum, par excellence. L'usage du mot « pomme » pour désigner un fruit a d'ailleurs perduré longtemps, comme en témoignent les noms de pomme de terre, de pomme de jacques, de pomme d'Orange ou encore de pomme de pin ou pomme cannelle.
Le genre féminin du mot français vient d'une confusion entre la terminaison en -a du nominatif pluriel de ce mot neutre (poma) et la terminaison courante des mots féminins de la première déclinaison au nominatif singulier.
Dans certains pays d'Afrique francophone, le mot « pomme » désigne la pomme de terre, la pomme est quant à elle désignée sous le terme de « pomme-fruit » ou « pomme de France ».
Le celtique ancien était *abalo. Il a donné le gaulois *auallo, le vieil irlandais aball, pommier, le vieux gallois afal, la cornique aval, et le breton aval, pomme (vieux-breton abal, aual, 1499). En breton, un pommier = (e)ur wezenn-aval = un arbre à pommes.

La pomme est un fruit (en fait, un faux-fruit et plus précisément un fruit composite car constitué à la fois par l'ovaire, la base des pièces florales et le réceptacle, le tout étant soudé) charnu, de forme quasi sphérique, déprimée au sommet et à la base, à pulpe homogène (au contraire des poires qui contiennent des cellules sclérifiées ou pierreuses). Certaines variétés anciennes avaient des formes particulières, comme la pomme d'api, plutôt plate et de forme étoilée pentagonale, ou la pigeonnet de Rouen, au contraire très allongée. La lemon pippin anglaise, ancienne pomme à cuire, avait la forme et la couleur d'un citron.

Sa taille est très variable selon les variétés et les conditions de végétation. Sa couleur à maturité, allant du vert « pomme » au rouge plus ou moins foncé en passant par une grande variété d'intermédiaires vert pâle, jaune, orangé ou de couleurs plus ou moins panachées.

Au sommet du fruit (côté opposé à celui de l'insertion du rateau), on peut voir les restes des sépales desséchés. En effet, la pomme est issue d'une fusion dite « à ovaire infère et adhérent », c'est-à-dire que le périanthe, comprenant sépales et pétales, se trouve au sommet de l'ovaire et que ce dernier est soudé au réceptacle floral.

Sur le plan botanique, la pomme est un fruit complexe, intermédiaire entre la baie et la drupe. Certains botanistes appellent « piridion » ce type de fruit, typique de la tribu des Maleae.

Dans une coupe transversale, on peut voir au centre, les pépins (les graines) au nombre de deux dans chacune des cinq loges de l'ovaire initial, entourée d'une enveloppe sclérifiée (ce qui rappelle le noyau d'une drupe), l'ensemble étant lui-même entouré d'une pulpe mince, qui correspond au développement de la paroi de l'ovaire. Puis une mince membrane fibreuse marque la séparation avec le réceptacle qui s'est considérablement épaissi pour former l'essentiel de la chair du fruit. En sorte que ce que nous mangeons a en fait la nature d'une induvie, c'est l'enveloppe du fruit, celui-ci constituant le trognon.

D'un point de vue génétique, la pomme compte 17 chromosomes et le génome du pommier domestique a été intégralement décrypté par une équipe italienne en août 2010 : les chercheurs montrent l'existence de 992 gènes de résistance aux maladies et une « duplication complète du génome relativement récente qui a provoqué la transition de 9 chromosomes ancestraux à 17 chromosomes du Pyreae », ancêtre de la pomme. Ce phénomène de polyploïdie (qui s'est également passé chez le poirier et le peuplier) a eu lieu il y a 50 à 65 millions d'années et pourrait provenir d'une réaction de survie (« effet de vigueur ») face à une catastrophe ayant entraîné une destruction massive d'espèces, notamment des dinosaures.

La pomme dérive d'un ovaire infère à cinq loges. Les graines (pépins) se trouvent dans ces loges dont la paroi correspond à l'endocarpe des carpelles. La partie charnue comestible correspond au mésocarpe des carpelles et au conceptacle.

La pomme peut être attaquée par diverses maladies des pommiers. Il peut s'agir de maladies bactériennes, virales, fongiques ou parasitaires.

 

De multiples classements sont possibles :

 

* par famille d'utilisation (pommes à couteau, à cidre, à cuire),
* par origine géographique, par « pays » ou par terroirs,
* par période de mûrissement (variétés précoces (d'été), d’automne, de garde),

 

* par qualités intrinsèques (couleurs, rusticité, conservation, etc.).

 

HISTOIRE
La pomme que nous consommons aujourd'hui est une descendante de l'espèce Malus sieversii consommée par l'homme depuis le néolithique sur les plateaux d'Asie centrale (la région d'Almaty au Kazakhstan en revendique son origine). Il y a 3 000 ans, elle était déjà consommée par les Chinois. Elle arriva par la route de la soie chez les Arabes, les Grecs et les Romains.

Pline l'Ancien en répertoriera plus tard environ 100 variétés. Aujourd'hui, il existerait plus de 20 000 variétés, dont 7000 sont cultivées à travers le monde.

Au Moyen Âge, les monastères et les couvents ont joué un rôle important dans le développement de sa culture.

Jadis, on utilisait les vertus thérapeutiques de la pomme qui entrait dans la confection d'onguents, pour indice : le mot « pommade » vient du mot « pomme ».

Dans le calendrier républicain français, le jour de la pomme était généralement le 22 octobre, 1er jour du mois de brumaire.

Le verger de pommiers s'appelle une pommeraie.

La pomme est le troisième fruit consommé dans le monde, après les agrumes et la banane. Il se récolte environ 69 millions de tonnes de pommes annuellement dans le monde, dont 25 millions de tonnes en Chine qui a multiplié par 2 sa production en 10 ans. C'est le fruit le plus cultivé en milieu tempéré (source FAO 2008).

La pomme peut se manger nature, en compote, en tarte... Toute sorte d'utilisation qui se renouvelle encore aujourd'hui à l'aide de l'imagination des cuisiniers.


APPORT ENERGETIQUE

Celui de la pomme (54 kilo calories/100 g, soit 85 kcal pour une pomme de taille moyenne) provient non pas de graisses, mais de fructose et de glucides assimilables lentement par l'organisme. Le profil nutritionnel de la pomme en fait un fruit tout à fait adapté aux sportifs. En effet, dans le cadre d'activités physiques, les composantes de la pomme agissent de façon bénéfique sur l'organisme et ce, avant, pendant et après l'effort.

C'est en vitamine C que la pomme est la mieux pourvue avec une moyenne de 5 mg aux 100 g, mais qui peut s'étager de 2 à 25 mg selon la variété : dans la partie externe de la pulpe et plus encore dans la peau, puisque celle-ci renferme quatre à cinq fois plus de cette vitamine que le reste du fruit. Mieux vaut donc croquer la pomme sans la peler, en ayant simplement pris soin cependant de la laver. Les pommes Calville ou Belle de Boskoop sont les mieux pourvues en vitamine C (8 à 25 mg aux 100 g), alors que les Golden delicious ou Red delicious en renferment généralement moins (2 à 6 mg en moyenne).

Les autres vitamines contenues dans la pomme, B1, B2, PP, B5, B6, B9, provitamine A (carotène, 0,07 mg aux 100 g) et vitamine E (0,5 mg aux 100 g), contribuent également à faire de ce fruit un véritable abécédaire de la forme.

Le stockage de longue durée entraîne une baisse du taux de vitamine d'environ 15 % et la cuisson provoque une destruction vitaminique partielle, de l'ordre de 25 à 30 % pour une cuisson de la pomme au four.

La pomme contient également de la pectine (principalement dans ses pépins). Le gel formé par la pectine emprisonne les graisses, régulant ainsi le taux de cholestérol.

Les pommes contiennent divers composés qui les protègent contre les virus, les bactéries et les moisissures. En mangeant des pommes, l'être humain tire profit de ces biomolécules, comme la quercétine, qui s'avère efficace sur le cerveau des rats.

Une étude transpose aux êtres humains les résultats obtenus avec les rats de laboratoire : la consommation quotidienne d'une pomme réduirait le risque de maladie d'Alzheimer et celle de Parkinson.

Un vieux dicton anglais, ou américain, selon les sources dit « An apple a day keeps the doctor away », « Une pomme par jour tient le docteur au loin » (« à condition de viser juste... », aiment à rappeler, avec humour, les Anglais).

Les pépins contiennent de l'amygdaline et des glycosides cyanogènes. Les graines avalées mâchées ou entières en petites quantités sont inoffensives.

La pomme est généralement moins affectée par les pesticides que d'autres fruits, tels le raisin ou la fraise. La législation européenne impose par exemple un délai de rigueur entre le dernier traitement et la mise sur le marché pour favoriser l'élimination des produits de traitement. On recommande simplement de bien laver l'enveloppe extérieure des fruits avant de les consommer

SYMBOLIQUE ANTIQUE

Adam et Ève
Dans la Bible (plus précisément dans le Livre de la Genèse), c'est après avoir croqué un fruit interdit, identifié à tort à une pomme, qu'Adam et Ève furent chassés du paradis. La pomme est ainsi restée associée au péché originel, du fait de la traduction latine de la Bible (Vulgate) et du nom latin de l'arbre malus, qui désigne aussi bien un arbre « mauvais », c'est-à-dire interdit, qu'un simple pommier. Du fait de cette confusion, la pomme peut symboliser aussi bien l'acte sexuel (« croquer la pomme ») que la connaissance interdite.

MYTHOLOGIE

Dans la mythologie gréco-romaine la pomme est considérée comme un cadeau amoureux au même titre que la rose par exemple ; on en trouve de nombreuses occurrences dans la poésie érotique, par exemple chez Théocrite. Selon la mythologie grecque, Dionysos l’aurait créée pour l’offrir à Aphrodite, sa maîtresse. Pour cette raison, la pomme devint le symbole de la déesse de l'amour.

Les érotes, compagnons d'Aphrodite, sont également associés à la pomme. À part cela la pomme (souvent en or) apparaît à plusieurs reprises, notamment dans :

* la course entre Atalante et Hippomène : ce dernier laissa choir dans sa course des pommes d'or qui lui permirent de battre sa rivale
* la cueillette des pommes d'or du jardin des Hespérides, est le onzième des travaux d'Héraclès ;
* la « pomme de discorde » lancée par Éris, et qui entraîna indirectement la guerre de Troie (via le jugement de Pâris). Cet évènement funeste est lui-même à l'origine du départ d'Énée et de la fondation de Rome.

Les « pommes » peuvent aussi être une référence érotique : sa forme sphérique rappelle la poitrine féminine, tandis que son cœur coupé en deux est censé rappeler la vulve. Au Portugal, ce fruit est considéré comme aphrodisiaque.

La forme sphérique de la pomme faisait aussi d’elle un symbole cosmique. C’est pourquoi les empereurs et les rois étaient représentés tenant à la main, à côté de leur sceptre, un globe impérial en forme de pomme, qui est censé symboliser le monde. Sur une pièce de monnaie antique, le globe impérial est couronné par un portrait de la déesse grecque de la Victoire, Niké. Elle est donc aussi un symbole de victoire à la fois. Némésis, la déesse des bosquets sacrés, qui apparaît aussi comme le symbole de la vengeance des dieux contre la fierté des rois, porte une branche de pommier garnie de pommes. C’est ce qu’elle offre aux héros.

AUTRES APPARITIONS DU FRUIT

* Le logo de Apple Corps Ltd., la maison de disque du groupe anglais The Beatles est une pomme granny smith.

* La société Apple donna le nom d'une variété de pomme à une gamme de produits (Macintosh). La firme aurait choisi ce symbole car durant leurs jeunes années les fondateurs étaient souvent en manque d'argent et mangeaient régulièrement des pommes (qui ont l'intérêt d'être nourrissantes). Certains pensent aussi que c'est en hommage à Alan Turing, ou en référence à la pomme d'Isaac Newton (d'ailleurs, le logo initial de la firme représentait la pomme, l'arbre et Newton en train de dormir dessous). Pendant de nombreuses années, lors des expositions Apple, des pommes Granny Smith étaient gratuitement à disposition des visiteurs.

* Sur un ordinateur Macintosh, la touche pomme était la touche modificatrice équivalente à la touche Windows (remplacée depuis la version 10.5 du système par le signe « cmd »). Sur les systèmes d'Apple le symbole « pomme » (�) s'obtient avec la combinaison touche Alt+&, mais celui-ci n'utilise pas un caractère réservé dans l'unicode et ne sera donc pas nécessairement représenté sous la forme d'une pomme partout.

* Blanche-Neige et Alan Turing ont été empoisonnés par une pomme.

* Guillaume Tell a été obligé par le bailli Hermann Gessler de tirer un carreau d'arbalète dans une pomme posée sur la tête de son fils.

* Maurice Chevalier a chanté : « Ma pomme, c'est moi ! », et Sacha Distel : « Des pommes, des poires et des scoubidous ! ».

EXPRESSIONS

tomber dans les pommes

en fait une déformation de tomber dans les pâmes ou tomber en pâmoison et n'aurait rien à voir avec le fruit.

c'est pour ma pomme

signifie c'est pour moi, ça va être mon tour. Cette expression marque souvent une forme de déception.

il a une bonne pomme

Dans le langage populaire, le mot « pomme » s'utilise pour désigner un visage rond… comme une pomme :

Il s'utilise aussi par extension pour désigner une personne serviable et un peu naïve : « c'est une bonne pomme ».

chanter la pomme

au Québec, on le dit « pour conter fleurette ou faire du gringue.

se sucer la pomme

pour s'embrasser ou se bécoter (voir Claude Duneton, La Puce à l'oreille, Poche 1990).

haut comme trois pommes

pas très grand

manger la pomme

faire l'amour (expression basque)

la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre

Il n'y a pas d'effet sans cause.

les pommes qui se trouvent de l'autre côté du mur sont plus douces

Le fruit défendu est bien tentant.

une pomme de discorde

Sujet de dispute. Cause de division.

Cette expression est directement inspirée de la mythologie.

En effet Discorde, fille de La Nuit, soeur de la Mort et mère de la Misère, de la Famine, des Batailles, du Meurtre et des Mensonges fut chassée du ciel par Zeus.

Furieuse d’avoir été bannie, et non invitée aux noces de Thétis et de Pélée, elle jeta au milieu de l’assemblée une pomme d’or sur laquelle étaient gravés les mots “à la plus belle”.

Pâris devant choisir à qui revenait cette pomme l’offrit à Aphrodite (déesse de l’Amour et de la Beauté) engendrant ainsi la colère des autres déesses.

Par cette action Discorde sema le trouble puisque la guerre de Troie devait découler de cette mésaventure.

Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien.

Winston Churchill

SYMBOLE

* Dans un de ses tableaux, l'artiste Magritte emploie une pomme pour appuyer son travail sur les mots et leurs représentations. La toile se nomme Ceci n'est pas une pomme, et se trouve actuellement dans le musée René Magritte, à Bruxelles.

* Aux États-Unis, la pomme est le cadeau traditionnel que l’on offre aux enseignants. Elle est devenue par extension le symbole de la profession.

* Le surnom de la ville de New York est « big apple » (« la grosse pomme »).

* L'île d'Avalon dans le cycle arthurien était réputée pour ses pommiers et partage probablement une étymologie commune avec le nom celtique pour le fruit.

* La légende dit que ce serait en étant réveillé par la chute d'une pomme sur sa tête qu'Isaac Newton aurait compris les lois de l'attraction universelle. Il semble en réalité que ce soit en observant la chute d'une pomme que Newton ait réalisé que ce devaient être les mêmes lois qui gouvernaient la trajectoire de la pomme en chute libre et de la Lune autour de la Terre. Un calcul relativement simple permet alors de déduire la forme probable des lois de l'attraction universelle. De ce fait, nombre d'ouvrages sur le sujet ou à propos de relativité générale ont leur cou verture illustrée par une pomme. L'ouvrage General Relativity de Robert M. Wald, par exemple, est illustré d'un tableau de Magritte intitulé Les Belles Réalités (1964). Le thème de la chute de la pomme a été repris d'un point de vue humoristique par Gotlib[15] dans Rubrique-à-brac et multiplié à l'envi et sous divers habits (chute d'un pélican, d'une pierre, de Newton sur une pomme…).

* À partir d'une pomme et de deux électrodes, une en cuivre, et une en aluminium, il est possible de fabriquer une pile, permettant d'alimenter une petite ampoule en courant électrique.


MUSEES ET FOIRE

* L'écomusée de la pomme du Calvados

* L'écomusée de la pomme du cidre de Breteville-du-grand-Caux

* Les « pommades », en novembre, à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne)

* La maison de la pomme, à Sainte-Opportune-la-Mare (Eure)
* Une importante Foire de la Pomme se tient chaque année le 3
e
weekend d'octobre à Vimoutiers en Pays d'Auge